Croisière anglophone Croisière Atlantique - Croisière Cap Vert - Plancius
L'épopée atlantique du sud au nord

34 jours
Difficulté physique 1
Code: ANT504
à partir de 6450 € TTC
Prochain départ le : 28/03/2018
Note voyage
Infos techniques

Activités : Observation animalière, Découverte, Navigation
Itinérance : Itinérant

Nous contribuons à préserver
les forêts dans le monde
Notre engagement dans le développement durable
© Michel Margaria - Ile Gough - Atlantique Sud - Territoire britannique d outre-mer
  • Ile Gough - Atlantique Sud - Territoire britannique d outre-mer
  • Île Tristan da Cunha - Atlantique Sud - Territoire britannique d outre-mer
  • Tombeau de Napoléon - ile Sainte Hélène - Atlantique Sud - Territoire britannique d outre-mer
  • Ile Ascension - Atlantique Sud - Territoire britannique d outre-mer
  • Dates et prix
  • Jour par jour
  • Fiche technique
  • Extension

Navigation Antarctique - Géorgie du Sud - Cap-Vert : les points forts de votre croisière

  • Escale en Géorgie du Sud
  • La faune exceptionnelle de Tristan da Cunha
  • Unique occasion de visiter Ascension et Sainte-Hélène
  • Des îles uniquement accessibles par la mer

Votre croisière en Antarctique , en Géorgie du Sud et au Cap-Vert :

Odyssée : un mot qui évoque l’Antiquité et la célèbre épopée d’Homère. Un mot qui sied aussi à cette croisière à bord du M/V Plancius, une épopée à bien des égards. D’Ushuaia aux îles du Cap-Vert, de paysages battus par les vents à la richesse métissée et la douceur de vivre capverdiennes, vous vivrez 34 jours d’aventures singulières. Vous ferez d’abord escale en Géorgie du Sud. Un chapelet d’îles volcaniques parsèmera ensuite votre odyssée atlantique. Posé à 2800 km de l’Afrique du Sud et à 3300 km de l’Amérique du Sud, l’archipel Tristan da Cunha vous ouvre les portes des îles Gough, Nightingale et Inaccessible. Ces morceaux de bout du monde sont surmontés d’abruptes falaises et de volcans qui évoquent une histoire géologique mouvementée. C’est pourtant dans ces décors austères que trouvent refuge d’importantes colonies d’oiseaux marins.

Les îles de Sainte-Hélène et d’Ascension sont également de petits paradis pour les amateurs d’oiseaux. Sainte-Hélène, île de 122 km² au milieu de l'océan Atlantique, territoire rattaché au Royaume-Uni, a été rendue célèbre par l'exil de Napoléon en 1815. Quant à Ascension, visitée par Charles Darwin, elle abrite différentes espèces de sternes.

Vous achèverez votre périple dans l’archipel du Cap-Vert, qui serait né d’une poignée de terre jetée par Dieu dans l’Atlantique. Rencontre avec la population capverdienne très chaleureuse. Débarquement à Praia, célèbre pour son marché traditionnel et son musée archéologique.


Périodes de départ et tarifs

du au adulte
prix TTC
départ assuré
à partir de
inscription
option
28/03/18 30/04/18 6450 € Assuré

Le prix comprend :

La pension complète à bord du bateau (hors boissons) et l'hébergement en cabine quadruple.


Le prix ne comprend pas :

Les assurances, les frais d'inscription, les vols internationaux, les éventuelles nuits d'hôtel pré et post croisière, le supplément pour une cabine de catégorie supérieure, les pourboires, les frais de visa pour le Cap-Vert.


Complément d'information tarifaire :

Le prix affiché indique celui d'une place en cabine quadruple en port/port
du 28/03 au 30/04/2018
Cabine quadruple : 6450€
Cabine triple : 7200€
Cabine double avec hublot : 8000€
Cabine double avec fenêtre : 8400€
Cabine double Deluxe : 8800€
Cabine supérieure : 9400€

Supplément single, nous consulter.


Programme

Jour 1 - Ushuaia

Embarquement en milieu d’après-midi. Début de croisière et présentation de l'équipe d'encadrement. Le bateau quitte la Terre de Feu, cap sur la Géorgie du Sud. Première nuit en mer.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 2 à 5 - En mer

Traversée en direction de la Géorgie du Sud. Le cycle de conférences débute par une présentation de la région et de la faune observée ainsi que du code de conduite du visiteur antarctique et des îles subantarctiques suivant la réglementation IAATO. Ce sera également l'occasion d'observer, depuis les ponts extérieurs, albatros, pétrels et fulmars.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 6 à 8 - Géorgie du Sud

Cabotage le long des côtes de la Géorgie du Sud. L’entrée officielle se fait à Grytviken, ancienne station baleinière occupée par des manchots royaux. Visite de la baie des Îles (nombreuses espèces d’albatros et de pétrels). A Gold Harbour, nous découvrons une grande colonie de manchots royaux qui nichent à proximité des harems d’éléphants de mer. Balade en bateau pneumatique dans le magnifique fjord de Drysgalski.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 9 à 13 - En mer

Le bateau met le cap au nord en direction de l'île Gough. Restez attentif sur les ponts extérieurs pour observer les nombreux oiseaux qui suivent le sillage du navire.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 14 - Ile Gough

Selon les conditions météorologiques, il sera possible de faire le tour de l’île Gough (13 km de long) pour voir un paysage grandiose et une faune abondante. Nous serons les quelques rares privilégiés à découvrir l’abondante vie sauvage.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 15 à 17 - Archipel Tristan da Cunha

Si les conditions le permettent, nous débarquons sur la côte ouest de l'île principale de l'archipel de Tristan da Cunha. Nous allons également tenter un débarquement à Nightingale Island ou Inaccesible Island, îles abritant des millions d'oiseaux marins tels que les albatros à bec jaune et le Noddi brun.
Une journée de sécurité est programmée en cas de mauvais temps car le débarquement reste incertain (30% de probabilité de pouvoir le faire).

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 18 à 21 - En mer

Nous naviguons maintenant dans les eaux subtropicales et découvrons de nouvelles espèces d'oiseaux de mer et de dauphins.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 22 à 24 - Sainte-Hélène

Nous prenons le temps de découvrir l'île de Sainte-Hélène : sa culture, son climat tempéré, sa faune et sa flore endémiques. Possibilité de randonner sur l’île ou de plonger - sans bouteille - dans des eaux peu profondes à proximité d’une épave. Bien entendu, nous ne manquons pas de visiter aussi le lieu de résidence de Napoléon.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 25 et 26 - En mer


  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 27 et 28 - Ascension

Le sommet de cette île-volcan désertique est tapissé d'une végétation humide, refuge d'une colonie de sternes de plus d’un million de couples. Sortie en bateau pneumatique autour de Boatswain Bird, îlot situé à l'est d'Ascension. Possibilité de faire de la plongée sous-marine ou d’aller assister à la ponte des tortues qui viennent à terre la nuit.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 29 à 33 - En mer

Journées de navigation.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 34 - Praia

L’archipel du Cap-Vert possède différentes facettes, des îles désertiques aux îlots à la nature tropicale. Les Capverdiens sont très accueillants et nous prendrons le temps de nous rendre sur les îles de São Tiago (la plus humide) et São Vicente. Débarquement à Praia à 9h.


Important itinéraire

Ce programme permet de découvrir la Géorgie du Sud à bord d’un navire d’expédition dont l’équipage est anglophone. Ceci n’est qu’un exemple d’itinéraire. Le programme définitif sera déterminé à bord par le commandant du navire et le chef d’expédition. Nous attirons votre attention sur le fait que vous vous trouverez dans la région la plus éloignée du monde. Aucun débarquement ne pourra être garanti. Dans cette région, les conditions climatiques (et de glace en Géorgie du Sud) peuvent changer très vite et remettre en cause une sortie en bateau pneumatique. La priorité sera avant tout votre sécurité.

D'autre part, les Tours Opérateurs membres de l'association IAATO (dont fait partie GNGL), harmonisent les lieux d'escale en début de saison, de façon à ne pas trouver 2 bateaux sur les mêmes sites, au même moment. Une certaine souplesse est donc demandée.

  • Détail du voyage
  • Equipement
  • Formalités et santé
  • Pays et climat
  • Tourisme responsable
  • Bibliographie

Détail du voyage

Niveau physique

Découverte des activités. Balade de quelques heures. Accessible à tous


> Cliquez sur l'activité principale de votre voyage pour en connaître le niveau de difficulté :

Nombre de participants

De 1 à 114 participants


Hébergement

A bord du M/v "Plancius "
Le bateau a été construit en 1976, pour servir en tant que navire de recherche océanographique à l’usage de la Marine royale hollandaise. Depuis décembre 2006, il appartient à la flotte de la compagnie Oceanwide Expeditions. Il a été entièrement réaménagé en 2009, de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire. Il peut accueillir 114 passagers, suivant la réglementation SOLAS (Safety Of Life At Sea), classé glace et enregistré à la Lloyd’s, sous pavillon hollandais.

Longueur : 89m
Largeur : 14,50m
Tirant d’eau : 5 mètres
Classification glace : 1 D
Déplacement : 3434 tonnes
Moteurs : 3 x diesel-électrique
Vitesse : 10/12 nœuds maxi

Une double échelle de coupée, permet une bonne fluidité des embarquements à bord de la flotte de 10 bateaux pneumatiques. Durant le cabotage le long des côtes,une à deux sorties sont prévues quotidiennement.

Equipage : 47 membres d’équipage, incluant 7 guides-naturalistes, 1 chef d’expédition et 1 médecin.
L’équipage, le personnel de cabine et d’hôtellerie sont tous anglophones.

Capacité : 114 passagers, en 53 cabines avec sanitaires privés.
Toutes les cabines possèdent des couchettes basses (sauf dans les cabines quadruples et triples) avec une salle de bain privée et une vue extérieure (fenêtre ou hublot). Ce hublot peut être obstrué, en cas de mauvais temps ou pour des raisons de sécurité.
La literie et le linge de toilette sont fournis, ainsi qu'un sèche-cheveux.
Prises électriques européennes.

6 catégories de cabine disponibles :
- les cabines quadruples, hublot (pont 2) avec 2x2 couchettes superposées, bureau. Superficie 15m².
- les cabines triples, hublot (pont 2) avec 2 couchettes superposées, 1 couchette basse, bureau. Superficie 15m².
- les cabines doubles, hublot (pont 3) avec 2 couchettes basses. Superficie 15m².
- les cabines doubles, fenêtre (pont 4) avec 2 couchettes basses. Superficie 15m².
- les cabines Deluxe (cabines 401 & 402, pont 4), avec 2 couchettes basses, 2 fenêtres (une fenêtre latérale et une fenêtre donnant sur l'arrière). Superficie 15m².
- les cabines supérieures, fenêtres avec 1 lit double et 1 sofa lit (ponts 5 & 6). Superficie 21m².
Pas de coffre-fort dans les cabines mais vous pouvez déposer vos objets personnels dans le coffre-fort du directeur d'hôtellerie.

Les plans de pont de nos navires expédition sont disponibles sur notre site, n’hésitez pas à les consulter pour choisir votre cabine.

A bord, la vie est conviviale, dans l’esprit des bateaux d’expéditions, loin des soirées de gala et des décors des grands paquebots de croisière. Le bar et le salon d'observation, lieux de rencontres et de discussions quasi interminables, sont ouverts en permanence. Le salon d'observation et les ponts extérieurs permettent une vue imprenable sur les alentours et l’accès à la passerelle est autorisé à condition de ne pas perturber les officiers de quart.

La taille réduite du bateau donne une grande souplesse d’organisation des journées. Lors des navigations, des conférences sur des sujets liés aux régions visitées (faune, glaces, histoire, géologie, etc.) sont organisées. Le salon d'observation et le restaurant équipés d'écrans plats, se transforment en salles de conférence.

Un bateau respectueux de l'environnement :
- shampoing et savon biodégradables dans les cabines,
- le détergeant utilisé est décliné "gamme verte" selon la certification européenne,
- les polos en vente à la boutique sont 100% recyclables,
- lampes basse consommation dans toutes les cabines et hôtellerie,
- prévention de la pollution par les déchets.

A bord de M/v "Plancius", l’équipage s’engage à strictement respecter la réglementation SOLAS et MARPOL (Marine Pollution Prevention) :
- Aucun déchet n’est rejeté à la mer.
- Le bateau est équipé d’un grand réservoir d’eaux usées et aucun rejet liquide n’est effectué à proximité des côtes, notamment en Arctique et Antarctique.
- Les ordures ménagères ne sont pas brûlées dans un incinérateur mais conservées dans une chambre froide, avant d’être débarquées à terre, dans les infrastructures portuaires adéquates.
- La peinture de coque, avec durcisseur, possède une durée de vie plus longue, et permet d’utiliser moins de peinture.
-Aucune boue, vidange n’est effectuée en mer. Les eaux noires sont stockées dans des réservoirs spéciaux en attendant de pouvoir les débarquer dans des ports avec infrastructure suffisante.
- M/v "Plancius" est équipé de moteurs électriques, ce qui permet une plus grande flexibilité sur le nombre de moteurs en utilisation, moins de consommation et donc moins de rejet dans l’air.
- Le bateau consomme du MGO (marine gas-oil) fuel plus léger, réduisant la pollution par les gaz d’échappement.

Communications à bord : il est possible de recevoir et d'envoyer des emails. Vos correspondants pourront connaître l'adresse du bord lorsque vous leur ferez parvenir un message, une fois embarqué. Il est également possible d'appeler depuis le téléphone satellite. Le maître d'hôtel vous communiquera la procédure à suivre et les coûts.


Nourriture

Pension complète à bord du bateau (hors boissons).


Encadrement

Anglophone


Transports aériens

Nous pouvons nous charger des vols internationaux Paris/Ushuaia à l'aller et Praia/Paris au retour (prix : nous consulter).
A noter : dans le cas où le bateau aurait du retard, en raison des conditions de navigation, les frais occasionnés par ce retard seraient à votre charge. Prévoir des billets d'avion (et de train) modifiables et avec une marge de temps suffisante. Nous pouvons nous charger de la réservation.


Préparation physique

De manière générale vous devez être en bonne santé et capable de marcher en terrain accidenté. Néanmoins, la croisière ne présente pas de difficulté physique particulière. Après votre inscription un questionnaire santé vous sera remis.


Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple (ou valise).

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 25 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple (ou valise) :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous recevrez avant votre départ des étiquettes bagages, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations si vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous pour l'avion de votre tenue de randonnée et prenez vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine ?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
- Retirez votre veste ou votre manteau.
- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances : renseignez-vous avant tout achat.


Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid. Pour votre confort et sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie, des bottes inadaptées ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent. Evitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. Les nouvelles fibres synthétiques comme la fibre polaire retiennent mieux la chaleur que le coton. Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.

La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent. Un dicton habituel en région polaire : "Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé !".

La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants.

Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez-vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.

Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :

- Une veste imperméable munie d’une capuche. Le Gore-tex ou les vestes de marin sont l'idéal bien qu’il soit possible de trouver des tenues étanches moins chères. La veste étanche est la couche de vêtements la plus importante.

- Un pantalon chaud. Un pantalon de ski convient ou un pantalon robuste qui puisse être porté entre vos sous-vêtements et un pantalon imperméable. Un jean et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions et pour porter à bord du bateau.

- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous-vêtements secs et chauds. Le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirant.

- Sous-vêtements : la soie ou le polypropylène sont fortement recommandés, ils vous gardent au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.

- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polypropylène peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.

- Un bonnet chaud et une écharpe protègent les oreilles.

- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine en polypropylène ou coton/laine permettent l’isolation des pieds. Apportez plusieurs paires, sachant que vous aurez inévitablement les pieds mouillés par la transpiration ou si vous mettez malencontreusement un pied dans l’eau.

- Une paire de bottes en caoutchouc complètement étanches, rigides et antidérapantes est essentielle pour les accostages : vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a jusqu’à plusieurs centimètres d’eau glacée. Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse ou de pêche recommandées). Ces bottes peuvent être réservées à bord du bateau.


- Pensez à des lunettes de soleil de bonne qualité. Notez que la réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert
- Une crème solaire haute protection (indice 50)
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres
- Une paire de jumelles pour les observations sont essentielles
- Des boules Quies peuvent être utiles si vous partagez votre cabine avec un ronfleur.
- Un chapeau ou une casquette
- Un maillot de bain, une serviette, masque et tuba, pour une baignade dans les eaux chaudes
- Des chaussures légères type sandales pour les régions chaudes.

Conseils photographiques :
On est très souvent surpris par le nombre de photos prises… Pour photographier la faune, un objectif 300 mm est recommandé. Un objectif macro peut être intéressant pour les lichens et mousses.
Munissez-vous d'un flash pour les sorties nocturnes comme l'observation de la ponte des tortues.

Il faut savoir qu’avec le froid, les batteries se déchargent rapidement, prévoyez un jeu de batterie supplémentaire pour ne pas être bloqué en pleine action ! Quant aux embruns, ils endommagent beaucoup les appareils (prévoir un petit sac étanche).


Matériel fourni

Les bottes étanches sont prêtées à bord.


Formalités et santé

Formalités spécifiques

Passeport en cours de validité pour les ressortissants de l'Union européenne valable six mois après la fin du séjour.
Visa obligatoire pour le Cap-Vert.


Passeport

Passeport en cours de validité.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.


Visa

Pas de visa pour le continent antarctique lui-même. En revanche, certaines escales sur le trajet peuvent nécessiter l’obtention d’un visa.

Formalités d'entrée ou de transit aux Etats-Unis :

Pour entrer sans visa, tout voyageur français (cela concerne aussi les enfants quel que soit leur âge) se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, doit être en possession d'un passeport électronique individuel (lecture horizontale et symbole puce électronique) ou d'un passeport individuel à lecture optique en cours de validité émis au plus tard le 25 octobre 2005. Les enfants de moins de 14 ans, portés sur le passeport à lecture optique de leurs parents, devront obtenir un visa, s'ils ne disposent pas d'un passeport individuel. Cela, quelle que soit la date de délivrance du passeport des parents. Un mineur voyageant seul n’a pas besoin d’autorisation de sortie du territoire s’il a un passeport individuel.

Depuis le 12 Janvier 2009, tous les voyageurs français se rendant, par air ou par mer, aux Etats-Unis (ou y transitant) pour un voyage touristique ne dépassant pas 90 jours, devront être en possession, avant d’embarquer, d'une autorisation électronique d'ESTA (Système électronique d'autorisation de voyage). Le formulaire ESTA devra être imprimé, avec la mention « autorisation accordée » et présenté à l’enregistrement. Ce document, simple autorisation d’embarquement, n'est pas une garantie d'admission sur le territoire des USA. Une fois accordée, cette autorisation est valable pour une ou plusieurs entrées et ce pendant deux ans (ou jusqu’à expiration de la validité du passeport du demandeur).
Pour l’obtenir, vous devez remplir sur Internet, au plus tard 72 heures avant le départ, un formulaire équivalant au I94W jusque là rempli à bord. Les formulaires en ligne sont accessibles gratuitement sur le site : www.CBP.gov/esta

Attention ! à compter du 8 septembre 2010, l’autorisation d’ESTA sera payante : 14 dollars US, à régler par carte bancaire au moment de la demande. Les voyageurs ayant déjà obtenu une autorisation d’ESTA avant le 8 septembre 2010 n’auront pas à acquitter ces nouveaux frais s’ils veulent mettre à jour leur demande.

Dès lors que vous avez un projet de voyage aux Etats-Unis, ou qui y impliquera une admission ou un transit, nous vous conseillons de remplir votre formulaire sans attendre - au plus tard, le jour de votre inscription. Au besoin, l'un de nos conseillers pourra vous assister dans cette démarche (avec participation aux frais). Réponse sous 48 heures.

A l'arrivée, les services de l'immigration prennent une photo de votre visage et vos empreintes digitales. Ces formalités ne prennent que quelques instants (patientez derrière la ligne jaune tant qu'on ne vous invite pas à la franchir...).

Les contrôles de douane se font au premier point d'entrée sur le territoire. Passée l'immigration, vous récupérez vos bagages sur les tapis roulants et vous vous rendez à la douane. En cas de continuation aérienne, vous devrez récupérer vos bagages et les apporter aux tapis-bagages qui desservent les correspondances (connecting flights). Ils seront dirigés vers votre destination finale.

Les voyageurs arrivant aux Etats-Unis dans le cadre du Programme d’exemption de visa avec un passeport ne répondant pas aux exigences requises peuvent se voir imposer des formalités complémentaires (visa) et (ou) se voir refuser l’accès au territoire américain.

Vous retrouverez cette rubrique sur le site de l'ambassade des Etats-Unis à Paris : http://french.france.usembassy.gov/niv-exemption.html (rubrique « Visas », puis « Séjour temporaire », puis « Programme d'exemption de visa »).

Il est à noter que les voyageurs ayant effectué un séjour en Iran (mais aussi en Irak, en Syrie, en Libye, en Somalie, au Yémen ou au Soudan) depuis le 1er mars 2011 devront, s'ils souhaitent se rendre aux Etats-Unis ou y transiter, faire en personne une demande de visa auprès du consulat américain, et ce même s'ils sont citoyens d'un pays relevant du Programme d'exemption de visa. Cette mesure s'applique également aux binationaux dont l'une des nationalités est iranienne, irakienne, syrienne, libyenne, somalienne, yéménite ou soudanaise.


Vaccins Obligatoires

Aucun.


Vaccins Conseillés

- Diphtérie, poliomyélite, tétanos (il est important, pour les voyageurs en région polaire, d’être vacciné contre le tétanos, qui peut compliquer des gelures graves) ;
- hépatite B, maladie sexuellement transmissible ;
- hépatite A, transmise par l'alimentation ;
- rage, pour les séjours longs.


Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction du type de voyage (durée, hébergement, mode de déplacement, activités…).
Ils peuvent relever de facteurs divers :
- la région elle-même ;
- les conditions climatiques ;
- les moyens de transport.

La région.
Si, dans les régions polaires, la circulation des microbes et des virus est moindre que dans les régions chaudes, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme existe cependant. C’est vrai pour la grippe dans le milieu fermé qu'est un bateau de croisière. Vrai également pour les risques alimentaires liés aux viandes de chasse ou à la contamination d'aliments par les déjections d'animaux sauvages.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur de l'hiver ne concerne pas les croisières de l'été austral, au cours desquelles les températures peuvent toutefois être négatives. Le froid ressenti est accentué par des vents souvent très violents.

Les déplacements.
Les risques sanitaires lors des croisières, où qu'elles se passent, sont liés au confinement en espace clos (quelle que soit la taille et le luxe du bateau). Ce sont les occasions d’affections contagieuses, respiratoires, alimentaires, voire sexuelles.
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord. Le prix des consultations n’est pas inclus dans celui du voyage.


Pays et climat

Climat et Informations régionales

Froid. En hiver, sur le continent, les températures atteignent des minima de -80 à -90° ; mais, l’été (décembre, janvier et février), en péninsule Antarctique, elles varient entre +2 et -3°. Sec. Pas plus de 200 à 300mm de précipitations annuelles sur les régions côtières ; l’été étant la saison la moins floconneuse. Venteux. Des vents catabatiques balaient régulièrement les zones littorales ; ils faiblissent un peu en décembre et janvier. Instable. Dans les hautes latitudes (50° et 60° parallèles), les conditions météo évoluent très vite. Une dépression, suivant un cycle régulier, passe toutes les 48 heures. Le passage de Drake est particulièrement venté et le bateau peut être chahuté pendant une trentaine d’heures. Variations inopinées également sur la péninsule et les Shetland du Sud.


Tourisme responsable

Protection des sites

Réglementation IAATO (International Association of Antarctica Tour Operators) Directives pour les visiteurs de l'Antarctique :
Les activités menées dans l'Antarctique sont régies par le Traité sur l'Antarctique de 1959 et les accords associés, désignés collectivement sous le terme de "Système du Traité sur l'Antarctique". Le Traité a établi l'Antarctique comme zone de paix et de science.
En 1991, les parties consultatives du Traité sur l'Antarctique ont adopté le Protocole sur la Protection de l'Environnement du Traité de l'Antarctique, qui désigne l'Antarctique comme réserve naturelle. Le Protocole instaure des principes, des procédures et des obligations en matière d'environnement pour la protection globale de l'environnement de l'Antarctique ainsi que de ses écosystèmes dépendants et associés. Les parties consultatives ont convenu qu’en attendant son entrée en vigueur, les dispositions du Protocole doivent être appliquées autant que possible de manière appropriée, et ce conformément à leur système juridique. Le Protocole sur la Protection de l’Environnement a été ratifié en 1998.
Le Protocole sur la protection de l'Environnement s'applique au tourisme et aux activités non gouvernementales ainsi qu'aux activités gouvernementales menées dans la zone du Traité sur l'Antarctique. Il vise à s’assurer, que ces activités n'ont pas d'impacts négatifs sur l'environnement en Antarctique ni sur ses richesses scientifiques ou esthétiques. Ces directives pour les visiteurs de l'Antarctique visent à s’assurer que tous les visiteurs ont connaissance du Traité et du Protocole et sont par conséquent en mesure de s'y conformer. Les visiteurs sont bien entendu tenus par les lois et règlements nationaux applicables aux activités dans l'Antarctique.

Grand Nord Grand Large est membre de l'association IAATO et s'engage à respecter les règles de conduite des visiteurs en Antarctique. La capacité limitée du navire "Plancius" permet de débarquer tous les passagers en même temps, sur un même lieu.


 
Aller en haut de la page

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.