Pôles, le magazine par Grand Nord Grand Large

Rencontre avec Patrice Parenton, guide Arctique

Estelle Abecassis
Rencontre avec Patrice Parenton, guide Arctique

Depuis 2008, Patrice est guide arctique pour Grand Nord Grand Large. Il encadre des raids à ski au Spitzberg et au Groenland. Portrait d’un passionné.

Patrice, qu'est-ce qui t'a amené à devenir guide ?

Je vois une certaine cohérence dans mon parcours. A l'origine, je voulais devenir prof de sport. Mais je savais aussi que je voulais voyager, explorer. A 20 ans, j'ai passé mon BAFA pour faire de l'animation et être au contact des autres. A cette époque, j'aimais déjà transmettre et partager des moments privilégiés avec un groupe. Après avoir animé ma première colo de spéléologie, j'ai passé mon diplôme pour devenir moniteur spéléo. J'ai alors découvert la superbe région du Vercors, ce qui m'a poussé à m'ouvrir à d'autres activités de montagne. J'ai enchaîné les spécialisations (accompagnateur moyenne montagne, raquettes à neige, canyoning, VTT, ski de fond...).

Vue sur le glacier, Spitzberg, Norvège - ©Gaëlle Grande

En 2008, je suis entré en contact avec Grand Nord Grand Large qui m'a proposé un guidage au Spitzberg. J'encadre depuis de nombreux raids à ski, heureux d'être resté fidèle à ce qui m'anime depuis toujours : l'esprit d'aventure.

Décris-nous une journée typique sur un raid.

Généralement, au cours d'un raid arctique, les journées sont très rythmées et laissent peu de place à l'improvisation, notamment pour des questions de sécurité. Les conditions extrêmes nécessitent en effet de s'organiser, de manière à anticiper certains événements : une rencontre impromptue avec l'ours, une banquise chaotique, une météo capricieuse...

Vers 7h, on commence à se réveiller, chacun à son rythme. Puis, c'est l'étape du petit déjeuner et de la « corvée d'eau » : on prépare les thermos d'eau avec de la neige qu'on a fait fondre en utilisant nos réchauds. Sur les coups de 10h, lorsque le matériel est prêt, les tentes démontées et les traîneaux chargés, le top départ peut être donné.

Tout le monde skie ensemble, malgré les niveaux différents, afin de cultiver l'esprit de groupe mais aussi pour plus de sécurité. Nous faisons des pauses toutes les deux heures environ, le temps de récupérer, de s'hydrater et de manger des fruits secs ou une soupe. L'objectif est de parcourir de 10 à 20 km chaque jour.

Vers 18h, nous arrivons à destination. Le premier réflexe est de prendre soin de soi après l'effort et mettre des sous-vêtements secs pour ne pas prendre froid. Puis, les binômes s'organisent pour monter leur tente et installer leur couchage, et c'est en groupe que l'on installe la tente mess et qu'on allume les réchauds. La soirée peut alors commencer : place au débriefing de la journée, aux discussions en tout genre... et aux franches rigolades !

Raid à ski au Spitzberg - ©Gaëlle Grande

Quels sont les ingrédients d'un raid réussi ?

Selon moi, l'ambiance est un élément clé. Dans ces conditions climatiques difficiles, il faut bien comprendre qu'on a besoin les uns des autres. La coopération et la convivialité sont indispensables pour se réchauffer à la fois le corps et le cœur.

Concernant mon approche en tant que guide, il me paraît également important de rendre les gens un minimum autonomes. C'est pourquoi je réfléchis constamment à la meilleure façon de les faire progresser. Je consacre une grande partie de la première soirée aux explications (vie de camp, sécurité, météo...).

Enfin, le respect de chacun est évidemment essentiel. Les rythmes peuvent être différents (niveau de ski, sommeil), de même que les personnalités, mais il faut savoir impliquer tout le monde et avancer ensemble.

Pour finir, ton meilleur souvenir d'expédition ?

Le Grand Nord réserve bien des surprises qu'on ne peut voir que là-bas... Bien sûr, il y a eu de nombreuses rencontres avec l'ours et j'ai croisé une multitude de paysages extraordinaires. Mais l'un des beaux moments que j'ai en mémoire s'est déroulé au Spitzberg. Nous étions sur la banquise, à la mi-avril, la vue était dégagée et le temps au beau fixe. Là, on a vu le soleil de minuit flirter avec l'horizon. Puis, au lieu de disparaître, il est reparti pour une nouvelle journée. Un spectacle incroyable et émouvant. Toutes les conditions étaient réunies ce jour-là pour en profiter, on a eu beaucoup de chance... !

Retour