Nouveauté Croisière anglophone Voyage Norvège - Croisière Spitzberg - Ortelius
Sur la route des trappeurs norvégiens

12 jours
Difficulté physique 1
Code: SPZ525
à partir de 4550 € TTC
Prochain départ le : 19/08/2019
Infos techniques

Activités : Observation animalière, Randonnée
Itinérance : Itinérant

Nous contribuons à préserver
les forêts dans le monde
Notre engagement dans le développement durable
© Aymeric Labiche - Le zodiac du Plancius - Spitzberg - Norvège
  • © Le zodiac du Plancius - Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • © Spitzberg - Norvège - Gérard Bodineau
  • © Navigation vers le Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • © Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • © Le Plancius dans la Baie de Gashamna - Spitzberg - Gérard Bodineau
  • © La côte nord ouest de l’île Edge - Archipel du Spitzberg - Christophe Migeon
  • © Le Plancius - Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • © Ours polaire - Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • © Glacier - Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • © Cabane - Spitzberg - Norvège - Aymeric Labiche
  • Dates et prix
  • Jour par jour
  • Fiche technique
  • Extension

Observation animalière Spitzberg - Norvège : les points forts de votre croisière

  • L'observation des ours polaires
  • Les Mille-îles et l’île Blanche
  • L'île aux Ours
  • Toute la faune du Spitzberg
  • Un bateau d’expédition de petite capacité
  • Les vestiges des trappeurs et baleiniers

Votre croisière au Spitzberg et en Norvège :

Partez à bord d’un bateau d’expédition à destination de l’archipel du Svalbard et empruntez les routes maritimes des anciens trappeurs norvégiens. Cette aventure arctique vous conduira vers de nombreux sites isolés et difficiles d’accès tels que la mystérieuse île aux Ours et la fameuse île Blanche. Cette croisière très complète permet de découvrir tous les aspects de l’archipel du Svalbard avec une faune omniprésente : des morses sur la côte nord, des ours, des rennes, des phoques et les colonies d’oiseaux un peu partout au Spitzberg. Des débarquements permettront d’aborder sur les traces des pionniers : baleiniers, trappeurs et campagnes d’exploration vers le pôle Nord.


Périodes de départ et tarifs

du au adulte
prix TTC
départ assuré
à partir de
inscription
option
19/08/19 30/08/19 4550 € Assuré

Le prix comprend :

La pension complète à bord du bateau (hors boissons) et l'hébergement en cabine quadruple.


Le prix ne comprend pas :

Les assurances, les frais d’inscription, le transport aérien depuis la France, les transferts, le supplément pour une cabine de catégorie supérieure, les repas lors des journées libres, les dépenses personnelles et les pourboires.


Complément d'information tarifaire :

Le prix affiché indique celui d'une place en cabine quadruple.
Prix par personne en Port/Port selon la catégorie de cabine choisie :

Saison 2019
A bord de l'Orlelius
Cabine quadruple : 4550€
Cabine triple : 5700€
Cabine double avec hublot : 6600€
Cabine double avec fenêtre : 7150€
Cabine double Deluxe : 7650€
Cabine double Supérieure : 8550€

Supplément single : nous consulter.


Programme

Jour 1 - Embarquement à Tromsø

Embarquement et première nuit à bord. Notre aventure commence à Tromsø, surnommée le "Paris du Nord", située dans une région riche en histoire nordique et sámi.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 2 - Cap au nord

Nous mettons le cap au nord et entamons notre navigation en mer de Norvège dans le but de rejoindre l'île aux Ours. Durant cette journée de navigation, nous devrions avoir de bonnes opportunités d'observer des baleines : petits rorquals, rorquals communs et baleines bleues. Nous pourrons aussi croiser un groupe d'orques, souvent très curieuses des bateaux.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 3 - Exploration de l'île aux Ours

Située entre le nord de la Norvège et le Spitzberg, l’île aux Ours est la plus isolée et la plus méridionale de l’archipel du Svalbard. Elle tient son nom de l’explorateur Willem Barents car, lors de sa découverte, il en avait rencontré un dans les parages. Le brouillard, les falaises et les pics rocheux qui entourent cette île si mystérieuse la rendent difficile d’accès.

Si les conditions de mer nous le permettent, nous tenterons de débarquer à proximité de Sørhamna, qui abrite les vestiges d'une station baleinière qui fut en activité de 1905 et 1908. Nous irons également à Tunnheim, où nous pourrons voir cette ancienne mine de charbon active de 1916 à 1925 mais abandonnée par la suite car elle n’était pas rentable.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 4 - Tusenøyane (les Mille-îles)

Nous quittons l’île aux Ours et entamons la traversée de la mer de Barents vers le Spitzberg. Nous arrivons au sud de l’île Edge et atteignons "les Mille-îles" (Tusenøyane). Cette région doit son nom au grand nombre d'îles et d’îlots qui la composent. Alentour, les eaux sont très riches : la faune marine est présente en grand nombre (avec les morses), mais également les ours. Ces îles sont aussi des sites de nidification de diverses espèces d’oiseaux (bernache, goéland Bourgmestre, sterne arctique, eider à duvet, harelde boréales...). Nous irons ensuite à Ækongen, trouver les vestiges des baleiniers du XVIIe siècle et des trappeurs du début du XXe siècle.
Du 15 mai au 15 août l’accès à ces îles est interdit donc en se rendant sur place à cette date, nous bénéficierons d’un site très peu visité par l’homme où la nature règne en maître.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 5 - La côte est de l'île Edge

Navigation le long de la côte est de l'île Edge pour explorer les fronts glaciers très présents sur la partie orientale. C’est également un endroit propice pour rencontrer des ours à la recherche de phoques. A tout moment, l'ours peut aussi être observé.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 6 - Calotte glaciaire et front glaciaire

Nous naviguons à proximité de la terre du Roi-Charles (Kong Karls Land) et gagnons l’immense front de la calotte glaciaire d'Austfonna. Le navire se faufilera parmi les nombreux petits icebergs présents aux alentours de ce front glaciaire. Dans l’après-midi nous organiserons une sortie en bateau pneumatique à Isisøyane dans le but de s’approcher du front glaciaire et se rendre compte de sa puissance.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 7 - L'île Blanche - Kvitoya

L'île, à proximité du territoire russe, est très rarement visitée. Recouverte d'une calotte de glace, le débarquement s'effectue sur la partie ouest, à Andréneset, où périrent les membres de l'expédition suédoise, en 1898. Nous tentons également de débarquer sur la côte est, à Kraemerpynten, lieu de prédilection d'une très importante colonie de morses.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jours 8 et 9 - Les Sept Iles

Nous prenons la direction du point le plus septentrional du voyage et arrivons dans l'archipel au nord de Nordaustlandet, où vivent notamment l'ours blanc et la mouette ivoire. Situé au niveau du 80ème parallèle nord (870km du pôle Nord géographique). Dans cet environnement hautement arctique nous aurons peut-être l'opportunité d'observer des morses et des ours, et il n'est pas impossible de croiser en chemin des baleines boréales.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 10 - Raudfjord (le fjord rouge)

Cap sur le Raudfjord (le fjord rouge) qui doit son nom à la couleur du grès qui compose sa rive orientale. Sur les rives du fjord, vous aurez peut-être l'occasion d'observer la faune : phoques annelés et phoques barbus, et la flore : lichen, mousse, algues. Vous pourrez également observer les oiseaux marins qui ont pour habitude de nicher dans les falaises. Gardez un œil particulièrement attentif, l’ours polaire est un habitué des lieux.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 11 - Détroit de Forland et Fuglehuken

Navigation à travers le détroit de Forland et à Fuglehuken (lieu de débarquement de Willem Barentz, vestiges de tombes du XVIIe siècle). Nous observons des colonies de guillemots à miroir et guillemots de Brünnich, ainsi que des morses dans le détroit.

  • Type d'hébergement : en bateau


Jour 12 - Débarquement

Retour à Longyearbyen et débarquement dans la matinée.


  • Détail du voyage
  • Equipement
  • Formalités et santé
  • Pays et climat
  • Tourisme responsable
  • Bibliographie

Détail du voyage

Niveau physique

1 à 4 heures maximum de marche par jour. Faible dénivelé. Aucun entraînement spécifique requis.


> Cliquez sur l'activité principale de votre voyage pour en connaître le niveau de difficulté :

Nombre de participants

De 1 à 116 participants


Caractéristiques du circuit

Nous insistons sur le caractère "expédition" d’un tel séjour.
Nous orientons ce voyage sur la visite des sites historiques, la rencontre avec la faune et, dans une moindre mesure, la visite de stations scientifiques. Nos programmes peuvent varier afin de profiter au maximum des conditions météorologiques et de la présence de la faune. Notre expérience des eaux polaires nous montre qu’un programme flexible est essentiel : il s’agit de considérer l’itinéraire prédéfini comme une trame qui favorise les rencontres improvisées et non comme un horaire à suivre à la lettre. Deux voyages ne sont jamais identiques, il y a toujours une part d’imprévu importante.

Durant le séjour, une part importante sera consacrée à la navigation avec des débarquements quotidiens sans difficulté particulière. Il est tout de même nécessaire de faire preuve d’adaptabilité aux températures froides, à la vie de groupe et à l’hébergement en cabine partagée avec un isolement relatif.


Hébergement

A bord du M/v Ortelius
Le bateau a été construit en Pologne en 1989, pour servir en tant que navire de recherche océanographique à l’usage de la Marine russe, sous le nom de "Marina Svetaeva". Il appartient désormais à la flotte de la compagnie Oceanwide Expeditions. Il a été entièrement réaménagé de façon à pouvoir offrir des navigations expéditions en région polaire. Il peut accueillir 116 passagers.

Le bateau porte le nom du célèbre cartographe hollandais, Abraham Ortelius (1527-1598) qui publia le 1er atlas "Theatrum Orbis Terrarum" (Théâtre du Monde), un atlas géographique très complet. C’est probablement le premier recueil de cartes géographiques réunies dans un livre, 20 ans avant la parution de l’atlas du monde de Mercator. L’ouvrage "Theatrum Orbis Terrarum" eut tant de succès à cette époque qu’il dû être réimprimé pour la quatrième fois dès la première année de sa parution. Entre 1570 et 1612, l’atlas paraît en 42 éditions et en 7 langues.

Longueur : 91,25m
Largeur : 17,61m
Tirant d’eau : 5,8m
Classification glace : 1 A
Déplacement : 4575 tonnes
Moteurs : 6 x diesel
Vitesse : 14,3 nœuds maxi
Pavillon chypriote.

Capacité : 116 passagers, en 53 cabines avec sanitaires privés.
Equipage : 47 membres d’équipage dont 1 chef d’expédition, 8 guides-naturalistes et 1 médecin.

Le navire possède la classification glace (UL1, équivalent à 1A), ce qui lui permet des navigations poussées, dans la glace. Il offre évidemment des conditions d’hébergement très confortables : 2 couchettes basses (sauf dans les cabines quadruples), 2 restaurants, 1 salon conférence/bar.
Toutes les cabines disposent d'une salle de bain et d'une vue extérieure avec hublot ou fenêtre.
Le pont 5 du navire a subi une refonte complète au printemps 2014, afin de proposer de nouvelles cabines d’un standard supérieur : cabines doubles avec fenêtre, doubles Deluxe et Supérieures totalement rénovées, confortables, modernes et spacieuses.
La literie et le linge de toilette sont fournis.
Pas de coffre-fort dans les cabines, mais vous pouvez remettre vos objets personnels au maître d'hôtel qui les rangera dans le coffre-fort du bateau.

6 catégories de cabines :
- 4 cabines quadruples avec 2x2 couchettes superposées, hublot
- 2 cabines triples, hublot
- 27 cabines doubles, 2 couchettes basses, hublot
- 12 cabines doubles avec 2 couchettes basses, fenêtre
- 2 cabines doubles Deluxe, 2 couchettes basses, fenêtre
- 6 cabines doubles Supérieures, lit double, sofa, fenêtre


Nourriture

Pension complète à bord du bateau (hors boissons).
Vous êtes accueilli sur un bateau hollandais. Le chef prépare une cuisine internationale avec des repas copieux et variés. A tout moment, il est possible de se servir gratuitement de thé ou de café, soupes chaudes.

Service de bar : jus de fruit, boissons non alcoolisées, bières et une sélection de vins et de liqueurs se trouvent à bord. Vous n’êtes pas autorisé à amener des boissons alcoolisées à bord.


Encadrement

Anglophone/germanophone.


Transfert et transport des bagages

Les transferts ne sont pas inclus.


Transports aériens

Pour les départs de province, prévoir des billets d'avion (et de train) modifiables et avec une marge de temps suffisante. Nous pouvons nous charger de la réservation.


Informations pratiques

Les horaires : le Svalbard se trouve sur le fuseau horaire du reste de la Norvège identique à celui de la France.


Equipement

Bagages

Vous devez conditionner l’ensemble de vos affaires en 2 sacs : 1 sac à dos et 1 grand sac de voyage souple.

1 - Le sac à dos :
Sac à dos de randonnée d’une capacité de 25 litres environ, il vous sera utile pour le transport de vos affaires personnelles durant la journée.
Il vous servira aussi en tant que bagage à main lors de vos déplacements pour toutes vos affaires fragiles (appareil photo…), de valeur (lorsque votre hébergement ne dispose pas de coffre-fort) et pour vos éventuels médicaments.
Il sera en cabine lors des transports aériens. Généralement, le poids des bagages cabine est limité à 10 kg par personne.

2 - Le grand sac de voyage souple :
Il doit contenir le reste de vos affaires. Vous recevrez avant votre départ des étiquettes GNGL, qui vous permettront d’identifier vos bagages avec vos nom et adresse, et faciliteront le regroupement des sacs aux arrivées à l’aéroport.
Il sera en soute lors des transports aériens. Le poids des bagages en soute vous sera indiqué sur votre convocation ou billet.

Nos recommandations quand vous prenez l’avion :
Enregistrez en bagage en soute le maximum de choses et ne conservez dans votre bagage à main que ce qui est absolument indispensable à votre voyage.
Equipez-vous de votre tenue de randonnée et prenez vos affaires de première nécessité (en cas de problème d'acheminement de vos bagages).

Merci de noter que les contrôles de sécurité sont devenus très stricts aux aéroports : mettez les couteaux, ciseaux, limes à ongles et piles de rechange dans votre sac de soute.

Quels sont les produits liquides interdits en cabine ?
Les liquides, aérosols, gels et substances pâteuses : eau minérale, parfums, boissons, lotions, crèmes, gels douche, shampoings, mascara, soupes, sirops, dentifrice, savons liquides, déodorants… sauf s’ils sont rangés dans un sac en plastique transparent fermé, d’un format d’environ 20 cm x 20 cm (type sachet de congélation) et qu’ils sont conditionnés dans des flacons ou tubes de 100ml maximum chacun. Un sachet peut contenir plusieurs tubes, flacons,…

Quelles sont les exceptions autorisées en cabine ?
- Les médicaments liquides (insuline, sirops…) : vous pouvez les emporter en cabine à condition de présenter aux agents de sûreté une attestation ou une ordonnance à votre nom. Il n’y a aucune restriction pour les médicaments solides (comprimés et gélules).
- Les aliments liquides pour bébés : il n’y a pas de restriction sur ces produits. Pensez à prendre des contenants qui se referment : il pourra en effet vous être demandé de goûter ces aliments !

Comment se fait le passage du contrôle de sûreté ?
-- Retirez votre veste ou votre manteau.
-- Présentez à part :
- Tous vos grands appareils électriques : ordinateur portable, gros appareil photo numérique, lecteur DVD…
- Votre sac plastique transparent contenant vos flacons et tubes.
- Vos médicaments accompagnés d’une ordonnance ou d’une attestation.
- Vos aliments liquides pour bébé.
- Vos achats réalisés dans les boutiques des aéroports qui auront dû être mis sous sac plastique scellé par votre vendeur. Attention : toutes les boutiques ne proposeront pas ce sac. Renseignez-vous avant de faire vos achats ! Les achats de liquides réalisés après le contrôle de sûreté s’effectuent librement sous réserve des limitations douanières. Attention cependant aux correspondances.


Vêtements

Le choix vestimentaire pour les climats froids demeure très personnel. Il dépend de votre adaptabilité et de votre sensibilité au froid. Pour votre confort et sécurité, évitez d’être mouillé (que ce soit par la transpiration, la pluie, des bottes inadaptées ou des embruns). Apportez des vêtements protégeant de l’eau et du vent. Evitez les vêtements trop serrés qui ne laissent plus de place pour l’air : l’air est un très bon isolant thermique. Les fibres synthétiques, telle que la fibre polaire retiennent mieux la chaleur que le coton.

Le secret pour rester bien couvert est le "principe des 3 couches". Autrement dit, il vaut mieux porter plusieurs couches légères qu’une seule importante : vous pouvez enlever une de ces couches si vous avez trop chaud ou en remettre une si vous avez froid.

La couche la plus importante est l’externe, qui doit être résistante à l’eau et au vent car un petit vent de 6 km/h peut entraîner une déperdition de chaleur huit fois plus importante que sans vent. Un dicton habituel dans l’Arctique : "Il n’y a rien d’aussi mauvais que le mauvais temps, sauf d’être mal habillé". La chaleur corporelle est plus facilement perdue par les parties du corps qui ont beaucoup de surface mais peu de masse : les extrémités. Gardez-les à la chaleur et au sec. Pour les mains, les moufles sont préférables aux gants.

Si le reste de votre corps est couvert, vous pouvez néanmoins perdre 90% de la chaleur par la tête. Assurez-vous de porter un bonnet, un passe-montagne ou une cagoule. Ils peuvent être abaissés afin de protéger vos oreilles, le front, le cou et le menton. Le cou a également besoin de protection par une écharpe.

Lorsque vous préparez votre sac, n’emportez pas trop de vêtements ou d’équipements. Sélectionnez ce qui est essentiel pour votre voyage, incluant :

- Une veste imperméable munie d’une capuche. Cette veste est la couche de vêtements la plus importante.

- Un pantalon imperméable est essentiel pour votre confort : il garde vos sous- vêtements secs et chauds. Pour la veste et le pantalon, le Gore-tex et les tissus similaires sont résistants à l’eau et respirants.

- Un pantalon chaud. Un pantalon robuste sera porté entre vos sous-vêtements et le pantalon imperméable. Un jean et un pantalon de velours conviennent bien pour des excursions ou pour porter à bord du bateau.

- Sous-vêtements : le polypropylène est fortement recommandé, il vous garde au chaud sans surpoids. Des sweat-shirts en polaire de poids moyen sont recommandés.

- Moufles et gants. Garder ses mains au chaud et au sec est important. Des gants fins en polypropylène peuvent être portés sous des moufles. Vous pouvez donc retirer les moufles lorsque vous prenez des photos et être toujours protégé du froid.

- Un bonnet chaud et une écharpe.

- Des chaussettes robustes, de grandes chaussettes en laine sur une paire plus fine en polypropylène ou coton/laine permet l’isolation des pieds.

- Une paire de bottes en caoutchouc antidérapante est essentielle pour les accostages, obligatoire. Vous pouvez descendre du bateau pneumatique dans des endroits où il y a jusqu’à plusieurs centimètres d’eau glacée. Les bottes doivent couvrir le mollet (bottes de chasse, de pêche recommandées).
Des bottes sont prêtées à bord. Votre pointure vous sera demandée avant le départ.

- Une paire de chaussures de randonnée ou de marche (facultatif). Les balades se font principalement sur terrain inégal, très souvent rocailleux et/ou spongieux. N’apportez pas des chaussures trop lourdes.


Equipement

- Des lunettes de soleil de bonne qualité. La réverbération sur l’eau et la neige/glace peut pénétrer même si le ciel est couvert.
- Un bâton de marche si vous estimez en avoir besoin
- Un petit sac à dos pour débarquer les mains libres
- Une paire de jumelles


Formalités et santé

Formalités spécifiques

Pour les ressortissants de l'UE, se munir d'un passeport en cours de validité.


Passeport

Passeport valide pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches.

Si vous voyagez avec vos enfants, sachez que, dorénavant, les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir un passeport individuel. La législation française stipule que les mineurs voyageant avec leurs deux parents, ou un seul des deux, n'ont pas besoin d'être en possession d'une autorisation de sortie du territoire. En revanche, ce document est obligatoire (depuis le 15 janvier 2017) si cette condition d'accompagnement n'est pas remplie. Dans ce dernier cas, l'enfant devra présenter : passeport (ou carte d'identité, selon les exigences du pays de destination) ; le formulaire d’autorisation de sortie du territoire, signé par l'un des parents titulaires de l'autorité parentale (le formulaire d’autorisation de sortie du territoire est accessible sur le site www.service-public.fr) ; une photocopie du titre d'identité du parent signataire.
Si l’enfant, voyageant, est accompagné d’un parent portant un autre nom que le sien, il devra être muni d’un document (livret de famille) prouvant la filiation.

De nouvelles mesures de sécurité sont entrées en vigueur dans les aéroports : les appareils électroniques (smartphones, tablettes, portables…) doivent être chargés et en état de fonctionnement pour tous les vols allant ou passant par les Etats-Unis et Londres. Les agents de contrôle doivent pouvoir les allumer. Par précaution, ayez votre chargeur à portée de main. Si votre appareil est déchargé ou défectueux, il sera confisqué. Cette mesure étant susceptible d’être étendue à d’autres aéroports, nous vous conseillons de charger vos appareils électroniques avant le vol quelle que soit votre destination.


Visa

Pas de visa pour les ressortissants de l’Union Européenne. Pour les autres nationalités, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches.


Vaccins Obligatoires

Aucune vaccination obligatoire.


Vaccins Conseillés

Comme partout, il est important d'être immunisé contre :
- diphtérie ;
- tétanos (complication possible de gelures graves) ;
- poliomyélite ;
- coqueluche (dont la réapparition chez les adultes, même en France, justifie la vaccination pour tout voyage) ;
- hépatite B (maladie sexuellement transmissible) ;
- hépatite A (maladie transmise par l'alimentation) ;
- éventuellement contre la rage, pour des séjours plus longs et rustiques que les voyages touristiques ordinaires.


Autres risques

Ils sont, bien sûr, très différents en fonction des conditions du voyage (durée, hébergement, déplacement) et peuvent être dus : à la région elle-même ; aux conditions climatiques parfois extrêmes ; aux moyens de déplacement utilisés sur place.

La région.
Si, l’hiver, la circulation des microbes et des virus se fait plus difficilement que dans les zones tempérées ou chaudes, l’été, leur transmission d'homme à homme, de l'animal à l'homme ou des aliments à l'homme est un risque non négligeable. Risque, en particulier, de toxi-infections alimentaires dues aux viandes de chasse, aux aliments contaminés par des déjections d'animaux sauvages ou par leur mauvaise conservation à bord des bateaux de croisières.

Les conditions climatiques.
L'extrême rigueur des hivers péri-polaires représente un risque lors de raids à ski, en raquettes, en traîneau ou à motoneige, plus que lors de confortables croisières.
Une bonne information avant le voyage, permettra d'éviter les gelures graves.
En cas d'onglée ou d'engourdissement, il faut :
- boire abondamment,
- réchauffer,
- ne pas fumer,
- ne pas ôter les chaussures (risque de ne pas pouvoir les remettre si le raid n'est pas terminé).
En cas de lésions plus avancées (douleur, doigt « mort », œdème, nécrose), l’évacuation vers un centre spécialisé est une urgence.

Moyens de déplacement.
Les voyages dans les régions polaires se font souvent en bateau de croisière. Les risques, liés surtout au confinement en espace clos, sont (quelle que soit la latitude) de toutes les affections contagieuses, respiratoires, alimentaires…
Il y a en général, et bien que la législation maritime soit floue à ce sujet, un médecin à bord (dont les consultations ne sont pas comprises dans le prix du voyage). Il est important de se faire préciser tout cela avant le départ.


Pays et climat

Climat et Informations régionales

Climat
L’été connaît une faible amplitude thermique. Du fait de l’absence de nuit, la température est beaucoup plus stable.
Sur la côte ouest, partie la plus douce, la moyenne est d’environ 5°C avec des valeurs variant entre 1° et 10°C. Le maximum enregistré est de 17°C. Il est courant d’observer de courtes périodes de gel en plein été.
Les précipitations sont peu abondantes, environ 40mm par an sur la côte ouest et un peu moins à l’intérieur de l’archipel. La saison la plus humide est l’automne. Avec des valeurs pourtant basses par rapport aux pays tempérés, le Svalbard est une des régions arctiques les plus humides.
En raison de la latitude du Svalbard, l’alternance jour/nuit n’est pas la même que sous nos latitudes. En été, le soleil est en permanence au-dessus de l’horizon alors qu’en hiver la nuit est continuelle. Le passage du jour à la nuit est d’autant plus rapide que la latitude est élevée. Le tableau ci-après donne les dates clés pour la latitude de Longyearbyen (78°) et au nord du Spitzberg (80°).

Les glaces
60% de l’archipel sont recouverts de glaciers. Les plus grandes calottes polaires se trouvent dans le nord-est, particulièrement sur Norsaustlandet. Alors que l’île la plus au nord (Kvitøya) est totalement recouverte de glace, la plus au sud (Bjørnøya) est dépourvue de glaciers. Les régions les moins glacées du Spitzberg sont le Nordenskiöld Land (près de Longyearbyen) et Andree Land au nord. Ce sont les zones au climat plus continental, c’est-à-dire moins humide et plus ensoleillé.
Depuis le XIXe siècle, les glaciers pour la plupart ont nettement reculé. De grandes moraines marquent leur extension maximale nettement au-delà de leur front actuel. En général, ces variations sont de bons indices du climat. Au Svalbard, les glaciers peuvent brusquement avancer de plusieurs kilomètres à raison de 30 à 40m par jour, puis se stabiliser et rester immobiles pendant des années. Ce phénomène qui reste mal connu et difficilement expliqué, s’appelle "surge". Récemment les glaciers ont reculé, ce qui occasionne des erreurs sur les cartes actuelles qui placent le front en avant de sa position actuelle. Leur position est donc à prendre avec une certaine réserve.
Les glaciers se terminant dans la mer génèrent des icebergs. Ils sont beaucoup plus petits au Svalbard que ceux que l’on rencontre au Groenland ou en Antarctique. La banquise a son extension maximale en avril. En moyenne, l’ensemble de l’archipel, excepté Bjørnøya au sud, est bloqué par la glace en hiver. Sur la côte ouest, seule une faible largeur (environ 50 km) est recouverte mais le nord-ouest est souvent dégagé, même en hiver. En août, la banquise est à son minima. Les conditions de glace sont variables d’une année sur l’autre et d’une période à l’autre. Il suffit d’un coup de vent pour chasser la glace au large ou au contraire bloquer une partie de la côte.

La faune
Il y existe trois espèces de mammifères originaires du Svalbard : le renard arctique, le renne du Svalbard et l’ours polaire.
Le renard se trouve partout au Svalbard. Le renne, bien représenté à l’origine, a été chassé massivement jusqu’en 1920. En 1925 une protection totale a été décidée. L’ours a pour territoire la glace mouvante mais on le rencontre souvent sur la terre ferme en hiver.
La chasse a été réglementée en 1970 puis totalement interdite en 1976. On croise des ours blancs sur tout l’archipel, notamment le long des côtes orientales et septentrionales. Un ours affamé peut être agressif et dangereux pour les êtres humains. Soyez donc circonspects lors de vos randonnées pédestres. Une arme est obligatoire lors des excursions.

En mer, on croise surtout des phoques annelés (leur nom vient des dessins en forme d’anneaux qu’ils portent sur le dos), appelés aussi phoques marbrés. Le phoque barbu, beaucoup plus grand (200 à 300 kg pour près de 3m de long) n’est pas très sauvage et se laisse facilement approcher. Le morse avait presque disparu dans les années 50 jusqu’à ce que le gouvernement norvégien décide de sa protection. Il a réinvesti le nord de l’archipel autour de l’île de Moffen et dans le goulet entre le Spitzberg et l’île du Roi Charles.

Les oiseaux sont particulièrement bien représentés en quantité et en variété. Le Lagopède réside toute l’année au Svalbard. A l’approche de l’été, des millions d’oiseaux viennent nicher. On peut citer : le guillemot de Brünnich et le guillemot à miroir, le mergule nain, le macareux moine, la mouette tridactyle, le goéland sénateur, la sterne arctique (l’oiseau qui fait la plus grande migration puisqu’on la retrouve en Antarctique), le labbe parasite, le pétrel fulmar, l’eider à duvet, la bernache nonnette, l’oie à bec court, le bruant des neiges, le plongeon catmarin, le bécasseau violet, le phalarope à bec étroit...

Pour notre bonheur, les moustiques n’ont pas envahi le Svalbard.

Les cétacés ont disparu, massacrés par les chasseurs baleiniers du XVIIe siècle. Néanmoins on peut toujours observer des groupes de bélugas le long des côtes et au fond des fjords.

La flore
En raison du sous-sol gelé en permanence, l’eau ne peut s’infiltrer, ce qui donne un sol souvent marécageux, surtout en zone plane. La saison de dégel ne dure que de 6 à 10 semaines. Dans ces conditions aucun arbre, au sens ou nous le connaissons, ne pousse. Mais ils se sont adaptés au climat. Le saule arctique et le bouleau nain ne mesurent que quelques centimètres de hauteur, de même que l’ensemble de la végétation qui reste au ras du sol pour se protéger du vent et profiter au maximum des rayons du soleil. Les zones les plus prisées par la végétation sont les éboulis aux pieds des falaises où nichent les oiseaux. Les déjections y apportent de la matière nutritive favorable au développement des mousses et des lichens. C’est un signe repérable pour localiser les colonies. La région centrale du Spitzberg représente à elle seule 75% des 170 espèces présentes. Il est interdit de prélever, cueillir ou détruire toute végétation. De plus il faut se déplacer sur cette végétation fragile avec beaucoup de précaution car elle met de nombreuses années à pousser.


Tourisme responsable

Protection des sites

Protection des vestiges culturels
Ils peuvent être divisés en 3 catégories principales :
- les traces laissées au XVIIe siècle par la pêche aux baleines.
- les restes de l’activité des chasseurs.
- les vestiges des premières activités industrielles au Svalbard.
On trouve également les traces des opérations de guerre dans l’archipel.

Certains vestiges sont protégés indépendamment de leur âge, comme les tombes, les pierres funéraires, des inscriptions dans la pierre ou des lieux de culte ... D’autres vestiges sont conservés s’ils datent d’avant 1946. Cela peut être des constructions, des croix et des monuments commémoratifs, des objets artisanaux ou industriels. Il est interdit d’endommager ou de soustraire des vestiges fixes comme par exemple des outils de chasse, des pièces de monnaie, des meubles ... lorsqu'ils sont présumés être antérieurs à 1946. D’éventuelles découvertes doivent être signalées au gouverneur.

Protection de l’environnement
L’environnement du Svalbard est vulnérable. La vie animale et végétale se sont adaptées aux dures conditions des régions arctiques. Même de petites interventions humaines peuvent avoir de graves conséquences pour le fragile équilibre écologique. C’est pourquoi il est essentiel que les visiteurs connaissent les règles de déplacement sur l’archipel et qu’ils les respectent.
Il a été créé 7 parcs nationaux, 3 réserves naturelles, 15 réserves d’oiseaux (plus Moffen pour les morses) et 3 régions de protection des plantes.
Dans les parcs nationaux et les réserves, il est interdit d’utiliser des véhicules tout terrain ou d’atterrir en avion ou hélicoptère, sans une autorisation préalable du gouverneur. Tout déplacement à l’intérieur d’une limite de 300 mètres autour des réserves d’oiseaux est interdite. Vous devez être très respectueux des zones de nidification. Ne pas jeter vos mégots de cigarettes… les boîtes de pellicules photos peuvent être une solution comme cendrier portable individuel.
Ne pas laisser de graffitis sur les roches ou les bâtiments. Ne pas collecter ou emporter de spécimens biologiques ou géologiques, telles que des roches, des ossements, des œufs, des fossiles ou des restes des habitations anciennes.

GNGL, membre de l' AECO (Association of Arctic Expedition Cruise Operators), s'engage à suivre les directives de l'association pour les visiteurs concernant la préservation de l'environnement et la sécurité au Svalbard. Cette association internationale regroupe les organisateurs de croisières-expéditions dans l'Arctique.


 
Aller en haut de la page